Espanola Way, le charme méditerranéen de Miami Beach

Espanola Way est une longue rue de Sout Beach, dont la partie la plus symbolique est entièrement piétonne.

Elle fut construite en 1922 sous l’impulsion de Francis F. Whitman qui décida modestement de l’appeler à l’époque Whitman’s Spanish Colony. Trois ans plus tard, alors qu’Espanola Way n’était encore qu’une rue vide de tout bâtiment, elle est rachetée par N.B.T Roney et la Spanish Village Corporation en 1925.

Roney était l’un des constructeurs les plus actifs de Miami Beach. Il envisageait de faire de Espanola Way une colonie d’artistes. Son idée venait des remarques d’amis new yorkais qui reprochaient à Miami l’absence d’une atmosphère créatrice tel qu’on pouvait en trouver à New York au Greenwhich Village.

Pour réaliser son ambition, Roney fit appel à l’architecte Robert A. Taylor. Tous les deux décidèrent de reproduire l’ambiance d’un petit village espagnol.

Taylor décida alors de modeler son projet à partir des villages de San Sebastián et de Fuenterrabía en Espagne, mais aussi de villes françaises telles que Biarritz, Cannes ou Menton.
Le projet coûta 1 million et demi de dollars. Il comprenait à l’origine 16 bâtiments dont deux hôtels, des appartements et des boutiques.

Tout Miami Beach aurait pu ressembler à un village espagnol

Ainsi, tous les bâtiments d’Espanola Way qui se situent entre Washington Avenue et Drexel Avenue, de même que les deux bâtiments de chaque côté de la rue après avoir passé Drexel Avenue ont été bâtis en 1925 d’après les plans de Taylor. Cela vous donne donc un aperçu de la zone construite d’Espanola Way dans ses premières années d’existence.

Taylor fit également construire en 1930 sa propre maison au 1440 Pennsylvania Avenue à l’angle d’Espanola Way.

Les autres bâtiments de la rue sont l’oeuvre d’autres architectes et notamment de quelques célèbres noms tels que Lawrence Murry Dixon, Roy France ou Henry Hohauser.  Ce sont eux qui ont apporté les bâtiments Art Déco à Espanola Way, non pas par simple amour du style mais par nécessité.

En effet, la combinaison du terrible ouragan de 1926 et de la Grande Dépression de 1929 a marqué un coût d’arrêt au développement des luxueuses demeures hispaniques de Miami.

Alors que la ville souhaitait devenir le lieu de villégiature des riches américains, elle a du revoir sa copie pour attirer les classes moyennes. Ce changement de direction a obligé les constructeurs à revoir leurs budgets et à se tourner vers des constructions moins coûteuses. C’est la raison pour laquelle les architectes ont opté pour des projets plus simples auxquels le style art déco correspondait mieux.

Espanola Way, l’ancien quartier général d’Al Capone

C’est aussi à cette période que le grand projet de Roney de voir Espanola Way se transformer en village bohème, libre et créatif a commença à sérieusement s’effondrer. La rue devint de plus en plus mal fréquentée, jusqu’à devenir un repère de mafieux. Le célèbre parrain Al Capone y avait ses habitudes. L’organisation criminelle S&G Gambling Syndicate aurait été créée et gérée depuis Espanola Way jusqu’à son éclatement dans les années 50.

Aujourd’hui Espanola Way est à la fois une zone commerciale, principalement composées d’hôtels et de restaurants et une zone résidentielle dans sa partie la plus à l’ouest.


  • Hi ! C'est moi Marc, l'auteur de ce guide.

    Hi ! Je m'appelle Marc, je suis un inconditionnel de Miami depuis mon premier voyage en 2013. Si vous apréciez les informations que vous trouvez sur le blog, vous devriez apprécier encore plus la précision et les détails de mon guide et des mes cartes téléchargeables ! C'est par ici.

A découvrir également


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *